L'installation d'un sous compteur électrique étape par étape

Il est parfois nécessaire de brancher un sous-compteur électrique de manière à suivre votre consommation d’énergie avec plus de précision. Un tel équipement vous permet en effet de surveiller la consommation d’une partie d’un logement. Mais pour profiter de cela, il est important de savoir comment installer un sous-compteur électrique... et de vous renseigner sur la légalité de ce procédé. Cette page vous en dit plus !

Obtenez des devis gratuitement pour la pose d'un sous compteur

Pourquoi brancher un sous-compteur électrique ?

Comme son nom l’indique, le sous-compteur est un équipement électrique qui vous permet de pratiquer le sous-comptage de votre consommation énergétique. On parle aussi parfois de compteur divisionnaire pour désigner ce type d’équipement.

Pour faire simple, cet accessoire vous permet de relever la consommation d’électricité exacte d’une partie de votre logement uniquement. Il complète donc le compteur électrique général.

Cet équipement peut être intéressant pour connaître quelles parties de votre logement consomment le plus, ou encore si vous souhaitez diviser les charges d’électricité entre les différents habitants d’une maison, sans pour autant disposer de plusieurs contrats d’électricité.

La pose d’un sous-compteur pour un locataire est-elle légale ?

Nombreux sont les propriétaires ou locataires à s’interroger sur la légalité d’un sous-compteur d'électricité dans une maison ou un appartement en location. Avant d’équiper une maison de ce matériel, mieux vaut bien se renseigner sur la loi.

Peut-on poser un divisionnaire électrique pour facturer ses locataires ?

Il est important de noter que la revente d’électricité en France est interdite. Or, un propriétaire qui installe un sous-compteur pour connaître et facturer la consommation d’électricité de son locataire est considéré comme un revendeur d’électricité.

Ainsi, si la pose d’un sous-compteur n’est pas illégale, vous n’avez pas le droit de facturer l’électricité consommée sur votre contrat à votre locataire.

Il est alors primordial de faire installer un second compteur par ERDF, de manière à ce que le locataire ait son propre contrat d’électricité. Si vous ne respectez par cette règle, les risques principaux sont :

  • Une suspension de votre service EDF,
  • Un litige avec le locataire.

Une autre solution est simplement d’estimer les charges mensuelles et de les inclure au loyer. Mais cela ne vous permettrait pas de facturer un locataire en fonction de sa consommation précise... et pourrait donc vous nuire si un locataire a une forte consommation électrique.

Malgré tout, la présence d’un sous-compteur reste tout à fait légale, ne serait-ce que pour vous renseigner sur la consommation effective d’un locataire, à titre indicatif.

À savoir : pour éviter tout litige, prenez le temps de contacter votre fournisseur d’électricité avant d’entamer les travaux.

Divisionnaire électrique dans une location saisonnière

La location saisonnière ou temporaire peut faire exception à la règle évoquée plus haut. C'est par exemple le cas dans le cadre d’un logement de vacances, loué à la semaine.

Dans ce cadre, un propriétaire peut facturer ses locataires temporaires en fonction de leur consommation effective.

Cette précaution permet de facturer un locataire dont la consommation d’électricité aurait été abusive durant son séjour.

Sous-compteur électrique en co-propriété

Notez enfin que poser un divisionnaire électrique dans un immeuble en co-propriété ne peut pas vous permettre de payer moins de charges.

Si le contrat de copropriété indique une répartition des charges en fonction de la surface de chaque appartement et non pas de la consommation, poser votre propre sous-compteur ne vous permettra pas d’échapper à cette règle.

Cela vaut même si votre consommation réelle a un coût bien inférieur à vos charges.

Matériel nécessaire pour poser un compteur divisionnaire

Il est conseillé de confier la pose d’un compteur électrique à un spécialiste. Néanmoins, si vous avez de bonnes compétences en électricité, vous pouvez envisager l’installation d’un tel compteur par vous même.

Vous aurez alors besoin :

  • D’un sous-compteur électrique.
  • De pinces électriques.
  • De pinces à dénuder.
  • De fils électriques.
Comparez les tarifs des électriciens près de chez vous

Comment installer un sous-compteur électrique ?

Il est important de suivre une méthode bien précise pour installer et faire fonctionner son sous-compteur.

Nous avons réuni pour vous les différentes étapes nécessaires à l’installation d’un tel équipement :

1. Consulter la notice de votre sous-compteur

Pour commencer, le premier réflexe à avoir est de consulter la notice de votre sous-compteur électrique.

Si les embranchements sont les mêmes d’un compteur à l’autre, chaque produit peut avoir ses propres spécificités.

Lire la notice du constructeur est donc impératif pour être certain des branchements nécessaires pour le bon fonctionnement de l’appareil.

2. Brancher le sous-compteur électrique

Comme tout élément supplémentaire de votre installation électrique, le sous-compteur doit être branché correctement.

En premier lieu, ayez le réflexe de couper l’alimentation générale, comme pour toute modification de votre installation. Cela permet d’éviter tout risque d’électrocution.

Pour la suite, suivez simplement le plan de branchement du compteur électrique :

  • Un fil neutre lie le sous-compteur au neutre de l’alimentation EDF.
  • Un fil neutre lie le sous-compteur au tableau électrique.
  • Un fil de phase lie le sous-compteur à la phase de l’alimentation.
  • Un fil de phase lie le sous-compte à la phase du tableau.

Il est important de bien respecter les normes électriques françaises NF C15-100, pour éviter tout risque de dysfonctionnement.

En cas de doute sur les branchements à réaliser, contactez un électricien professionnel.

À savoir : pour que le sous-compteur puisse effectuer le sous-comptage d’une partie précise de l’installation, il est impératif que le tableau électrique soit aux normes, et parfaitement posé. Des modifications du tableau électrique sont parfois nécessaires pour permettre au sous-compteur de fonctionner correctement.

3. Tester le sous-compteur

Une fois l’ensemble des branchements réalisés, il vous reste à tester le matériel. Pour cela, redémarrez le compteur électrique et examinez simplement le sous-compteur.

En théorie, le sous-compteur doit prendre en compte les kWh consommés par la partie de votre installation que vous souhaitez surveiller.

Pour vérifier rapidement si le sous-compteur fonctionne, il vous suffit d’allumer le chauffage. En règle générale, le chauffage consomme assez rapidement des kWh, ce qui active le sous-comptage.

À savoir : certains sous-compteurs sont équipés de voyants lumineux qui vous indiquent s’ils sont alimentés et s’ils sont bien reliés au compteur électrique.

4. Lire les informations d’un sous-compteur

Toute notice de compteur électrique va vous expliquer clairement le fonctionnement et la lecture d’un tel dispositif.

Bien souvent, le sous-compteur permet de mesurer différents indices de consommation :

  • Le cumul depuis la mise en service : énergie consommée depuis la mise en place du sous-compteur.
  • Le cumul depuis la mise à zéro : l’électricité consommée depuis la toute dernière mise à zéro.
  • Les différences heures pleines/heures creuses : si vous souhaitez pouvoir différencier heures pleines et heures creuses, faites en sorte d’acheter un compteur capable de les afficher.

Remettre le cumul à zéro vous permet de calculer la quantité d’électricité consommée sur une certaine période (entre deux relevés), sans avoir à faire de calculs.

Le coût d’achat d’un sous-compteur d’électricité

Si vous souhaitez équiper dès à présent votre installation électrique d’un sous-compteur, notez que l’achat d’un tel matériel est relativement accessible.

Le prix du sous-compteur

Le prix d’un sous-compteur électrique se situe en moyenne entre 25 et 100 €.

S’agissant uniquement d’un sous-compteur, il n’est pas forcément utile d’investir dans du matériel très haut de gamme. On trouve de très bons produits sous la barre des 50 €.

Veillez simplement à ce que votre sous-compteur :

  • Soit adapté à votre modèle de tableau électrique.
  • Ait le niveau de précision qui vous intéresse.
  • Permette de différencier heures pleines et heures creuses (si nécessaire).
  • Soit équipé d’une fonction remise à zéro, indispensable pour un suivi régulier de la consommation.

Tarifs de pose d’un sous-compteur

Si vous ne parvenez pas à installer un divisionnaire électrique par vous-même, vous pouvez faire intervenir un électricien pour sa pose. Bien entendu, ce service se monnaie !

Un électricien peut facturer entre 100 et 200 € pour la pose du sous-compteur électrique, hors coût du matériel. C’est donc un surcoût à bien prendre en compte.

Pensez toujours à comparer les devis d’électricien avant de faire intervenir un expert, de manière à être certain de profiter d’un tarif correct et compétitif.

Vos commentaires
Site 100% sécurisé
Plus de 40 000 artisans
Tous vos devis gratuits
Dans toute la France
Vos données sécurisées
Lire les avis

Demandez des devis 100% gratuits pour l'installation d'un sous compteur électrique