Nos conseils pour mesurer un escalier et sa trémie

Si vous souhaitez construire un escalier sur mesure, il faut vous apprêter à faire certains calculs ! Et pour cause, la pose d’un escalier nécessite de bien calculer les dimensions idéales (hauteur des marches, pente, nombre de marches, etc.). Vous souhaitez en savoir plus sur le calcul de dimension d’un escalier ? Ou sur les dimensions d’une trémie d’escalier ? Cette page résume pour vous tout ce qu’il faut connaitre sur le sujet.

Faites une demande de devis gratuit pour la pose d'un escalier sur-mesure

L’importance du calcul d’un escalier

Il peut paraître simple de concevoir un escalier, mais c’est loin d’être le cas ! La pose d’un escalier en rénovation nécessite un grand savoir-faire, et beaucoup de calculs.

Vous devez en effet déterminer les dimensions optimales de l’escalier, et vous assurer qu’il sera parfaitement intégré à votre intérieur. Calculer un escalier nécessite de connaître :

  • Les dimensions de la trémie d’escalier (à savoir l’ouverture à creuser pour poser l’escalier),
  • La hauteur et la largeur de l’escalier,
  • La pente de l’escalier,
  • Le nombre de marches,
  • La hauteur des marches.

Si le prix d’un escalier sur mesure est élevé, ce n’est pas un hasard. C’est tout simplement car sa conception et sa réalisation nécessitent du temps, et une certaine expertise.

À savoir : il est évident que fabriquer un escalier nécessite un grand savoir-faire. Nous vous déconseillons de vous attaquer à un tel projet si vous n’avez jamais réalisé de travaux de menuiserie auparavant !

Les dimensions d’une trémie d’escalier

Il faut savoir que les mesures d’un escalier dépendent avant tout de la trémie d’escalier. La trémie est l’ouverture à travers laquelle passe l’escalier.

Si vous travaillez en rénovation, il se peut que vous ayez à faire la trémie d’escalier vous-même, en ouvrant le plancher du grenier (pour un escalier vers des combles aménagés), ou encore en ouvrant la dalle de béton (pour un escalier vers le sous-sol).

Calcul d’une trémie d’escalier

Il faut alors savoir que les dimensions d’une trémie d’escalier doivent être les suivantes :

  • Largeur d’une trémie d’escalier : pour un escalier étroit (qui prend peu de place), une largeur de 70 cm est possible. Néanmoins, nous vous conseillons de préparer une largeur de 80 à 90 cm pour un escalier confortable et accessible.
  • Longueur d’une trémie pour escalier : la longueur d’une trémie dépend de la pente de l’escalier. Plus l’escalier est raide, et plus la longueur de la trémie sera petite. La longueur de l’escalier est souvent la même que la longueur de la trémie. Pour une longueur confortable, il faut que le passage entre l’escalier et le plafond fasse au minimum 190 cm de hauteur.

La trémie se calcule dans le même temps que les dimensions d’un escalier. Il n’est donc pas possible de déterminer la mesure exacte de la trémie si vous n’avez aucune idée de la forme de l’escalier ou de ses mesures.

Quelle forme pour la trémie d’un escalier ?

Il faut savoir que la forme de la trémie dépend directement du type d’escalier qui vous intéresse :

  • Pour un escalier droit : la trémie est rectangulaire.
  • Pour un escalier quart-tournant : la trémie peut être rectangulaire, ou formée par deux rectangles perpendiculaires dans le cas d’un escalier quart-tournant milieu.
  • Pour un escalier hélicoïdal : la trémie peut être ronde (ce qui est très technique à réaliser) ou carrée.

Le choix d’un modèle d’escalier dépend avant tout de l’espace disponible. L’escalier droit est le plus simple à réaliser, mais il prend le plus de place.

En rénovation, on préférera parfois l’escalier quart-tournant, qui permet d’optimiser l’espace. L’escalier hélicoïdal est quant à lui le plus pratique, mais le plus difficile à réaliser.

Calculer la dimension d’un escalier

En second lieu, voyons ensemble comment calculer un escalier. Les dimensions d’un escalier sont assez complexes à réaliser, car il ne faut oublier aucun détail.

Tout comme lorsqu’on décide de fabriquer un meuble ou une bibliothèque sur mesure (comme notre tutoriel vous l’expliquait), il est impératif de travailler sur un plan à l’échelle quand on décide de concevoir un escalier.

Nous avons résumé pour vous une méthode complète de calcul d’un escalier droit :

1) Connaître la dimension d’une marche d’escalier

Au moment de créer un escalier, mieux vaut bien faire attention à la taille et à la hauteur des marches.

En mesure de dimension pour une marche d’escalier, certains repères vous permettent d’assurer le confort de votre escalier :

  • Hauteur des marches : on considère qu’il faut prévoir une hauteur de 18 centimètres pour un bon confort des marches. La hauteur doit se situer entre 17 et 21 centimètres, pour ne pas rendre l’escalier difficile à monter !
  • Giron d’une marche : la largeur de la marche (on parle souvent de « giron ») doit se situer entre 21 et 27 centimètres, pour un bon confort. Un giron trop étroit risque de rendre l’escalier plus difficile à monter.

N’oubliez pas que la hauteur et le giron des marches doivent rester les mêmes d’une marche à l’autre. Des marches irrégulières pourraient rendre l’escalier dangereux.

À savoir : on considère qu’un escalier ne doit pas avoir plus de 18 marches, sans quoi il peut devenir contraignant à monter.

2) Calculer le nombre de marches d’un escalier

Des professionnels près de chez vous, chiffrent votre projet

À partir des dimensions des marches d’un escalier, vous allez pouvoir calculer le nombre de marches à prévoir pour votre escalier, et donc ses dimensions.

Voici comment calculer le nombre de marches d’un escalier :

  1. En premier lieu, mesurez la hauteur de montée, c’est-à-dire la hauteur entre le palier de l’escalier et l’étage à atteindre.
  2. Déterminez ensuite la hauteur souhaitée pour une marche.
  3. Divisez la hauteur de montée par la hauteur de marche, pour déterminer le nombre de marches nécessaires.

Exemple de calcul du nombre de marches d’un escalier :

Prenons pour exemple le cas d’un escalier à créer pour atteindre les combles :

  • On considère que la hauteur sous-plafond de la maison est de 2,50 mètres (comme c’est très souvent le cas). L’escalier doit également passer à travers l’épaisseur du plancher du grenier, qui est de 20 cm, soit une hauteur de montée de 2,70 mètres (270 cm).
  • On décide de choisir une hauteur de marche de 18 centimètres, pour un confort optimal.
  • Il nous faut un nombre de marches de 270/18 = 15.

Dans notre cas, le chiffre tombe juste, et une hauteur de marche de 18 centimètres nous permet d’utiliser précisément 15 marches.

En cas de calcul qui ne tomberait pas pile, il faudrait ajuster la hauteur de chaque marche, pour tomber sur un chiffre rond en termes de marches (impossible de placer un quart ou la moitié d’une marche !).

3) Déterminer la longueur de l’escalier

Il faut comprendre que la longueur d’un escalier va dépendre du nombre de marches nécessaires, mais aussi du giron des marches (de la largeur de chaque marche). Naturellement, les dimensions d’un escalier dépendent également de l’espace disponible.

Le giron d’une marche se calcule généralement en divisant la longueur disponible pour l’escalier, par le nombre de marches. Mais il reste important de vérifier que le giron des marches est suffisant, pour assurer le confort de l’escalier.

Exemple de calcul du giron des marches d’un escalier :

Dans notre exemple précédent, nous avons besoin d’une quinzaine de marches pour atteindre une hauteur de 2,70 mètres :

  • Imaginons que l’espace disponible pour la longueur de l’escalier est de 3,70 mètres (370 centimètres).
  • Le giron de marche sera de 370/15 = 24,6 cm.

La largeur de chaque marche sera donc d’environ 24,6 cm.

En revanche, si la largeur disponible pour l’escalier était plus petite, et que le giron calculé avait été inférieur à 21 cm, il aurait potentiellement fallu choisir une solution plus confortable (par exemple la pose d’un escalier hélicoïdal) pour assurer un giron suffisant.

4) Vérifier le confort d’un escalier

Les spécialistes de la conception d’escaliers sur-mesure on généralement tendance à vérifier le calcul d’un escalier grâce à la loi de Blondel. Cette loi vous permet de vérifier si votre escalier sera confortable à utiliser.

La loi de Blondel stipule que la somme de 2 hauteurs de marche et d’un giron de marche doit se situer entre 60 et 64.

Dans notre exemple :

  • La hauteur de marche est de 18 centimètres.
  • Le giron de marche est de 24,6 centimètres.
  • (18*2) +24,6 = 60,6.

Le résultat se situe bien entre 60 et 64. On en déduit donc que notre escalier est parfaitement confortable.

5) Réaliser les plans de l’escalier

Le calcul de l’escalier droit est désormais terminé, et vous savez à coup sûr, grâce à la loi de Blondel, que votre escalier sera agréable.

Il ne reste plus qu’à réaliser le plan de votre escalier, de manière à déterminer le nombre de matériaux nécessaires, et à commencer la fabrication de l’escalier.

Naturellement, il est évident que le calcul d’un escalier n’est pas à la portée de n’importe qui. Si vous ne vous sentez pas de taille à réaliser un escalier de A à Z, le mieux est encore de demander un devis pour escalier sur mesure à un menuisier professionnel.

Pour toujours plus de conseils sur la réalisation d’un escalier, n’hésitez pas à continuer votre visite sur Travaux Avenue. N’hésitez pas à parcourir nos conseils de choix pour la pose d’une rampe d’escalier.

Vos commentaires
Site 100% sécurisé
Plus de 40 000 artisans
Tous vos devis gratuits
Dans toute la France
Vos données sécurisées
Lire les avis

Recevez gratuitement des devis pour la pose d'un escalier sur-mesure